REGARD SUR LE CONTINENT » TCHAD |Le maréchal Deby pour un voyage sans retour : Dernier hommage de la nation.

TCHAD |Le maréchal Deby pour un voyage sans retour : Dernier hommage de la nation.

Par RAOUL PEPIN

Les  funérailles nationales du président tchadien Idriss Deby Itno ont eu lieu le vendredi 23 avril 2021  à N’Djamena, la capitale politique du Tchad, avant son inhumation dans son village d’Amdjarass, dans l’intimité familial à côté de son défunt père. Parmi  les personnalités de marque qui ont effectué le déplacement pour un vibrant hommage, figurait en bonne place le président français Emmanuel Macron..

Par  Raoul  Pépin  Mbena  Bena

Ils sont tous arrivés en fanfare, les  chefs d’Etat présents  à la cérémonie d’hommage au maréchal Idriss Deby Itno brutalement arraché de la vie par les rebelles du FACT. Un vendredi historique et sous la bienveillance d’un soleil caniculaire, les tchadiens et leurs invités n’avaient d’autres choix que de s’exécuter, car la nature dictait sa loi.

Un hommage national  rendu  au président défunt qui a dirigé le Tchad pendant 30 ans et qui en plus a eu le mérite d’ouvrir son pays à la démocratie, en présence de chefs d’Etat étrangers. Les moments forts de la cérémonie se résument en ce défilé militaire et le discours émotionnel de son fils  le général Mahamat “Kaka” Deby Itno, que l’armée a désigné comme le nouveau dirigeant du pays.  Dans une voix grave, ce dernier a  déclaré que lui et sa famille poursuivront  l’héritage de “dialogue, du pardon, de paix et d’unité” pour lequel son père  était “admiré”.

Parmi les dirigeants étrangers présents figure le président français Emmanuel Macron, pour qui le Tchad est un allié clé dans la lutte contre les jihadistes  dans la région du sahel. Par ces propos je cite :

«  “Nous ne laisserons personne mettre en cause ou menacer aujourd’hui ou demain la stabilité et l’intégrité territoriale du Tchad», le président français prend ainsi  un engagement formel d’être toujours aux cotés du tchad. Il s’est incliné devant le cercueil, disant “vous avez vécu en soldat, vous êtes mort en soldat les armes à la main”.poursuit-il,

“Vous avez donné votre vie pour le Tchad en défendant ses citoyens». Une marque de reconnaissance et d’admiration à l’endroit d’un homme qui aurait tout sacrifié pour la paix et la stabilité de son pays et toute l’Afrique. Tellement pris de compassion pour le peuple tchadien endeuillé et handicapé de son leader, tous ont ignoré les avertissements des rebelles du front pour le changement et la concorde au tchad, un groupe formé par des officiers dissidents de l’armée en 2016, les enjoignant de ne pas assister à la  cérémonie pour des raisons de sécurité. Le président congolais, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en sa qualité  président en exercice de l’Union Africaine, s’est également incliné devant la dépouille mortelle du président maréchal  Idriss Deby Itno à la place de la Nation. il fut d’ailleurs le premier chef d’Etat à prendre la parole, parmi la dizaine de dirigeants présents à la cérémonie officielle. Le président de la république démocratique du Congo  Félix-Antoine Tshisekedi a rendu un vibrant hommage à “un grand panafricaniste” et a promis l’accompagnement de l’Union Africaine au Conseil Militaire de Transition que dirige le général quatre étoiles Mahamat Idriss Deby Itno fils du défunt.

 Le Président de la République Démocratique du Congo a décrété un jour de deuil National dans son pays. Après les honneurs militaires et les différents discours dont celui du français Emmanuel Macron, le cercueil du président Deby, drapé du drapeau national, a ensuite été transporté sur un pick-up militaire comme il est arrivé, en direction de la Grande mosquée de N’Djamena où une prière a été  dite en mémoire de l’illustre disparu. Deby sera ensuite enterré dans sa région natale dans l’intimité familiale dans l’après-midi à Amdjarass. Arrivé au pouvoir par coup de force en 1990,

 Idriss Deby aura dirigé le Tchad pendant 30 ans contre vents et marrés.

Malgré sa victoire à une majorité écrasante  de près de 80% des voix selon les résultats provisoires rendus publics mardi dernier, le Maréchal Idriss  Deby Itno  n’a pas gouté  son sixième mandat consécutif.

Le défunt président laisse  plusieurs épouses, dont la plus connue est Hinda Deby Itno sa compagne de tous les temps. On dit d’elle qu’elle serait une femme belle au grand cœur. Fille d’un diplomate tchadien de haut rang,  la préférée du défunt  président, a été sa  secrétaire particulière  avant de se retirer pour se consacrer à sa fondation, Grand Cœur. Elle est également ambassadrice spéciale de l’ONUSIDA, une  distinction honorifique obtenue grâce  à son engagement dans l’humanitaire.

Certains critiques hostiles au régime de Deby, disent que le plus grand échec du défunt président du Tchad serait de faire passer son clan avant tout. A ce titre, de nombreux membres de sa famille occupaient des hautes fonctions, y compris des rôles  importants au sein du gouvernement.

Selon les observateurs, le président  Deby  aurait  dilapidé des milliards de dollars de la richesse pétrolière et n’aurait  pas entrepris comme le souhaitait son peuple, de grands chantiers de développement dans un pays où la pauvreté est omniprésente et règne au quotidien. Ainsi en tournant la page Deby, une nouvelle ère  s’ouvre même s’il s’agit de celle de son fils.

Le nouveau leader du Tchad, à la tête du Conseil militaire de transition (CMT), n’était pas une personnalité publique de premier plan pendant la présidence de son père. Mais, il a assuré avec courage et bravoure la sécurité présidentielle. Il  était, et reste  au cœur de l’arsenal militaire dont dispose  le régime. Il a été désigné par un collège de généraux pour diriger  une transition militaire de 18 mois. Certaines sources dignes de foi indiquent qu’Il était en première ligne avec son père lorsque ce dernier a été blessé au combat contre les rebelles du FACT dans la province

 Occidentale de Kanem dans  la nuit de dimanche à lundi 19 avril 2021. Les dirigeants de l’opposition politique et quelques organisations de la société civile  ont condamné sa prise de pouvoir comme un coup d’État.

Sous Deby, le Tchad a joué un rôle très  important, et parfois controversé, dans la stabilisation du Sahel. La redoutable armée tchadienne  considérée comme efficace, fait l’objet d’accusations permanentes  de violations des droits de l’homme. Malgré les bonnes dispositions des autorités de la transition au Tchad, les inquiétudes  demeurent sur la capacité de cette redoutable armée à se redéployer après la mort de son leader charismatique.

Related Videos

Laissez un commentaire

REGARD SUR LE CONTINENT
Votre Magazine d'information en ligne indépendant, posant son propre regard sur l'actualité économique, politique ou culturelle Africaine ou du monde.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. j'accepte Lire tout