REGARD SUR LE CONTINENT » PAD : UN DEMARRAGE DIFFICILE DE LA RTC

PAD : UN DEMARRAGE DIFFICILE DE LA RTC

Par RAOUL PEPIN

Moult obstacles ont jalonné les premiers pas de la nouvelle entité mise sur pied pour assurer la continuité du service public portuaire suscitée par la nouvelle équipe managériale.

Par Alain Biyong

La RTC se déploie dès  janvier 2020, dans un contexte contraignant, fait de chausse trappe des challenges à relever, avec à la manœuvre, le jeu trouble  de l’ancien concessionnaire, pas content des circonstances qui l’éloignent du port autonome de douala. Pour illustrer sa colère et sa mauvaise foi, Dit a fait main basse sur la base des données concernant l’état d’apurement des conteneurs présents au Tac au 31 décembre 2019. Dans la même veine, le manque d’inventaire officiel et formel stock conteneurs présents sur parc au premier janvier 2020, ajouté au refus de l’opérateur précédent de permettre une continuité des activités avec son système d’exploitation Oscar.

De fil en aiguille, le système de facturation des prestations est détricoté L’environnement du Tac est des plus peu pratiques.  L’ex-operateur entretient savamment des tensions entretenues au sein du personnel sous réquisition. Un chantage perceptible par le non-paiement des salaires du mois de décembre 2019 et le refus manifeste de liquider ses droits, au titre de la fin des relations contractuelles. Plusieurs cadres-clés dont ceux en charge de la maintenance, du système d’exploitation, de la comptabilité et des affaires juridiques sont ainsi démobilisés. Des actes de nuisance orchestrés à travers des campagnes médiatiques internationales, par réseaux sociaux, dans le but de ternir l’image du Pad de la RTC et du Tac sont perpétués.

A hue et à douala, on prédit une certaine incapacité à gérer le Tac auprès des lignes maritimes qui sans attendre de juger la RTC sur les opérations, tel un maçon au pied du mur, ont introduit sans justificatifs plausibles, des surcoûts de supposée congestion annoncée par cette campagne de dénigrement er de sabotage. Créée dans le but avoué d’assurer pour le compte du Pad la mission de l’exercice de l’activité de gestion, d’exploitation et de maintenance des installations, des équipements, des appareils et des dépendances du domaine public portuaire dans tes limites du Terminal à conteneurs du Port de Douala Bonabéri, en dépit des écueils, la RTC a su prendre son destin en mains.

Related Videos

Laissez un commentaire

REGARD SUR LE CONTINENT
Votre Magazine d'information en ligne indépendant, posant son propre regard sur l'actualité économique, politique ou culturelle Africaine ou du monde.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. j'accepte Lire tout